14-18 : dans l'enfer des tranchées

 

Jeu : François Cottrelle / Stéphane Bault

Théâtre d’objet : Stéphane Bault

Assemblage de textes : François Cottrelle

Mise en scène : Philippe Boronad

Durée : 50 minutes

 

A l’occasion de la commémoration de « La Grande Guerre », deux comédiens prolongent le travail des historiens et des enseignants par une approche sensible de ce terrible conflit. A partir d’un matériau textuel fait de lettres, carnets, récits de guerre et romans, ils évoquent la réalité de l’horreur que vécurent au quotidien les « Poilus » mais aussi « ceux d’en face » .

HORS LES MURS

Commando poétique

 

Jeu : Jérémy Komboh Alié, François Cottrelle, Anouk Vadot

Mise en scène : Philippe Boronad

Durée : 40 minutes

 

Les commandos interviennent en collèges et lycées (dès la 5ème) directement dans les salles de classe.

Modulaire, le commando poétique est une performance coup-de-poing à laquelle les élèves ne doivent pas être préparés. L’intervention des performeurs sera donc tenue secrète.

 

Rebelle, provocateur, percutant, décalé et inventif, manipulant la matière poétique comme autant de substances explosives, le commando frappe vite et fort et toujours à l’improviste.

Cette forme artistique innovante réunissant un comédien, un danseur hip-hop et une conceptrice son est le point de départ d’une œuvre sonore et visuelle teintée de culture urbaine : un théâtre hybride qui se fabrique en temps réel, jouant  la mixité et bousculant les codes en incluant le spectateur.

 

 

Objet performatif déroutant, les commandos poétiques sont issus des évolutions esthétiques et pluridisciplinaires contemporaines. Ils participent à renouveler l’approche perceptuelle des publics à l’acte poétique en redonnant leur potentiel d’attractivité et de fascination à une trajectoire de dix poèmes, allant du 19ème au 21ème siècle.

 

 

Pochée

Texte : Florence Seyvos

Jeu : Philippe Boronad, Peggy Mahieu

Théâtre d’objet : Stéphane Bault

Mise en scène : Philippe Boronad

Durée : 40 minutes

 

Il était une fois une tortue du nom de Pochée qui était partie très tôt de chez elle pour vivre comme une grande. En chemin, elle avait rencontré Pouce, son alter ego, avec qui elle était devenue amie… Une lecture-spectacle, intimiste et touchante, de ce récit où tout frémit et où rien n’est dit à demi. 

 

Pochée, devenue grand-mère, raconte sa très longue vie à ses petits-enfants. Ses rencontres, ses voyages, la découverte d’une nouvelle maison. Et surtout, Pouce, cet ami de sa prime jeunesse, disparu après avoir reçu une pierre sur la tête. Pour lutter contre son chagrin, raconte Pochée, la jeune tortue s’était alors écrit des lettres à elle-même, des lettres signées Pouce, qui chaque jour l’encourageaient… Une variation tout en douceur et en délicatesse autour du thème du deuil et de la difficulté à reprendre pied après la mort de l’être aimé. Pour une leçon de vie remplie d’émotion et de poésie….

Confessions Gastronomiques

ou histoires à vous mettre l’eau à la bouche…

 

Jeu : Philippe Boronad, François Cottrelle, Sophia Johnson

Mise en scène : Philippe Boronad

Durée : 1 heure 

Conception à partir de textes d’auteurs classiques et contemporains (Jacques Prévert, Jean Cocteau, Jean-Michel Ribbes, Pierre Gamarra, Philippe Delerm, Gustave Flaubert, Arthur Rimbaud…)

 

Portée par 3 voix, la lecture de textes insolites ouvre un moment d’écoute sensible, où le verbe nourrit l’esprit et éveille l’appétit à travers un imaginaire décalé. Une partition sonore multi-voix donne rythme et couleur aux mots, les faisant vivre et vibrer au-delà des pages, traverser les corps et atteindre les cœurs. L’expérience poétique se prolonge lors d’un grand banquet permettant de lier imaginaire et réalité, acte de manger et acte d’en rêver. Entre convivialité et bonne humeur, cette lecture-spectacle pose un regard neuf sur notre alimentation, interroge, à l’heure où notre rythme de vie s’accélère toujours plus, le rituel du repas. Une invitation à un voyage gastronomique chargé d’odeurs variées, d’expériences  intimes et personnelles, de saveurs enivrantes. Dans une marmite littéraire où bouillonnent en toute liberté les mets et les idées, les mots et les boyaux, le rire et le délire, Les confessions gastronomiques offre une occasion inoubliable de partager nourriture et littérature à travers une expérience sensible totale.

Novecento

 

 

Texte : Alessandro Baricco

Jeu : François Cottrelle

Théâtre en appartement

Durée : 1 heure 

 

A mi-chemin entre une pièce de théâtre et un conte lu à voix haute, ce monologue théâtral de l’écrivain italien Alessandro Baricco, raconte l’histoire unique de Danny Boodmann T.D. Lemon Novecento. Né et abandonné sur un paquebot en 1900, il sera adopté par l’équipage et grandira parmi eux sans jamais descendre à terre. Doué pour la musique, il apprend à jouer du piano et devient un virtuose. Tous ceux qui l’entendent jouer le considèrent comme le plus grand pianiste de tous les temps. Adulte, il n’est encore jamais descendu à terre, mais sa réputation le rend célèbre et un autre pianiste de génie décide de le provoquer en duel – un duel musical – afin d’établir qui est vraiment le plus grand…

 

Il avait du génie pour ça, il faut le dire. Il savait écouter. Et il savait lire. Les gens. Les signes que les gens emportent avec eux : les endroits, les bruits, les odeurs, leur terre, leur histoire… écrite sur eux, du début à la fin. Et lui, il lisait, et, avec un soin infini, il cataloguait, il répertoriait, il classait….Chaque jour, il ajoutait un petit quelque chose à cette carte immense qui se dessinait dans se tête, une immense carte, la carte du monde, du monde tout entier, d’un bout jusqu’à l’autre. Et ensuite il voyageait dessus, comme un dieu, pendant que ses doigts se promenaient sur les touches en caressant les courbes d’un ragtime.

(Novecento : pianiste. Extrait)

1001 façons de raconter une histoire

 

Jeu : Philippe Boronad

Durée : 1 heure 

 

« Qu’est-ce que le théâtre ? » J’en vins à la conclusion que paradoxalement, seul le théâtre lui-même pouvait apporter la réponse à cette question. C’est ainsi qu’est né le désir de concevoir un spectacle qui soit une représentation du Théâtre, de tous les Théâtres.

Je souhaitais faire expérimenter cet espace de liberté, ce lieu de tous les possibles, en faisant de l’acteur le protagoniste principal, le sujet central du spectacle. Offrir une « mise à nu de l’acteur », lequel parlerait de lui-même pour mieux parler du théâtre.

« Les 1001 » est une œuvre  ouverte, interactive, innovante, avec une réelle visée pédagogique. Chaque représentation est différente, reposant sur l’improvisation de l’acteur qui déroule le récit en temps réel, dans le plaisir du jeu partagé, en lien direct avec l’imaginaire du spectateur.

Dans une société qui se virtualise chaque jour davantage et où l’écran règne en maître absolu, j’ai voulu en particulier dédier ce spectacle aux enfants, pour qu’ils puissent comprendre, si ce n’est ce qu’est le théâtre, du moins ce qu’est un comédien et ce que représente l’espace magique d’un plateau. Un lieu de liberté et de communion. Un lieu de rébellion parfois.

Parce que le théâtre est l’une des dernières aventures collectives où il est encore possible de vivre une célébration de l’humain, dans l’immédiateté et le partage. »

Philippe Boronad

  • w-facebook